Anti-lacrymos en manif

Monter une équipe pour désamorcer les grenades de gaz lacrymogènes pendant une manifestation

Pourquoi/Comment : les bases de l'action

Il n'est pas normal que l'Etat utilise des armes contre des personnes qui manifestent pour leurs droits, pour terroriser les personnes et les dissuader de venir manifester

Nous voulons sécuriser le cortèges et les manifestant·es, la plupart n'ayant aucune intention violente et n'ayant pas de protection, mais se prenant cette répression, avec entre autres des enfants, personnes âgées...

Nous ne nous affrontons pas directement à la police et ne nous mettons pas en opposition face à d'autres manifestants plus virulents, mais montrons une "3ème voie"

Nous voulons court-circuiter cette stratégie de "pourrissage" de la police qui consiste à maitriser et perturber les manifestations par ces armes

Bien que l'opération ne soit pas sans aucun risque, nous évitons de nous mettre en danger (juridiquement et physiquement) de façon exposée

Des personnes peuvent se reconnaître dans ce mode d'action et avoir envie de s'y joindre, avec un groupe organisé récurent à chaque manif.

Comment

Lorsqu'une grenade lacrymogène est lancée, la poudre à l'intérieur entre en combustion ce qui libère la fumée dangereuse.

On stoppe la combustion en "noyant" le palet dans un réservoir d'eau. L'extinction n'est pas immédiate, on l'emprisonne donc dans un conteneur pour bien remuer le palet et étouffer la fumée qui continue à s'échapper et se retirer du lieu.

Des protections sont nécessaire pour se protéger des gaz et de la chaleur émise par le palet en combustion lorsqu'on le saisit.

Les palets sont souvent tirés abondamment en salves par la police, plus nombreuses sont les personnes éteignant les palets, plus elles sont donc efficaces pour limiter la diffusion des gaz.

Le matériel